Respire…

La définition d’un être vivant est avant tout ce que chacun considère comme vivant. Si on a de l’empathie pour un objet, qu’on sent qu’il ressent des choses, on considère qu’il est vivant. Bon, à partir de là, on essaie de faire rentrer tout cela dans une définition qui prend en compte une plante, un coq, une amibe, un virus, le voisin et un poisson rouge. C’est un peu le jeu du point commun.
Je me suis rendu compte à de nombreuses reprises qu’un élément d’empathie très fort était la respiration. En effet, la respiration est pour nous une référence très forte. L’arrêt de la respiration c’est l’étouffement, la respiration rapide c’est le stress. C’est une base rythmique forte.

Je pense qu’un robot capable de respirer aura une puissance d’empathie supérieure à n’importe quel robot tout mignon avec un regard fluide et tout.
La puissance de la respiration, vous pouvez la sentir notamment dans « 2001 l’odyssée de l’espace » pendant les sorties spatiales ou encore dans certains films d’horreur.

Bon, il ne s’agit pas de faire des échanges d’oxygène et de CO2… mais juste de faire une inspiration puis une expiration. Cela pourrait notamment être utile pour refroidir des processeurs.

Voilà, une idée comme ça.

Related posts:

2 Commentaires

  • 28 juillet 2011 - 20 h 34 min | Permalien

    En effet, je ne vois pas la respiration comme un point commun de tous les êtres vivants mais je vois plutôt en la respiration un artifice qui permettrait de casser la barrière entre un robot et un humain. La chaleur est aussi un de ces outils en effet, Isaac Asimov en parle beaucoup d’ailleurs. Ensuite, j’avoue qu’en ce moment, la vision robot=marionnette m’influence beaucoup. La marionnette a pour but l’illusion. D’ailleurs, le groupe d’artistes Royal de Luxe a donné la respiration à certaines de leurs création.

  • 26 juillet 2011 - 21 h 20 min | Permalien

    La respiration en point commun ?

    Vu sous l’effet du bruit ; du souffle ; du mouvement à un rythme défini ; là il y a plusieurs exemples d’êtres vivants qui n’ont pas de mouvement de respiration, ni souffle, ni bruit.
    Le requin ne cesse d’avancer pour laisser l’eau passer à travers ses branchies,
    La respiration cutanée des protozoaires et des spongiaires etc. se fait sans mouvements,
    La respiration trachéenne des insectes est imperceptible extérieurement.

    Si la respiration est vue sous l’angle de l’échange gazeux en point commun, pourquoi pas ; mais ça n’est pas suffisant pour définir un être vivant !
    Le tardigrade qui certes est long de 1,5mm avec huit pattes est capable d’une inactivité quasi-totale de son métabolisme qu’on appelle la cryptobiose et ceci pendant plusieurs années pour revivre ensuite dés qu’il est décongelé.
    Enfin il y a déjà le bruit si particulier des servos et actionneurs qui font du robot un robot et pourquoi pas aussi son silence ; alors ajouter la respiration, pour ma part je laisse ça aux androïdes mais je n’y vois que peu d’intérêt pour les humanoïdes.
    Quid d’autres aspects tels les IR longs générés par la chaleur des corps, que nos yeux ne voient pas mais que l’on pourrait peut-être percevoir par la peau… C’est ce qui me gène le plus cette froideur. Il faudrait peut-être les faire émettre à 9,4µm !

  • Laisser un commentaire

    Featuring Recent Posts WordPress Widget development by YD